Current weather

Beirut

Scattered clouds
  • Scattered clouds
  • Temperature: 22 °C
Reported on:
Wed, 2017-11-08 19:00
( Publicité )
Tourisme

Tout simplement se promener dans le quartier

Gemmayzé le dimanche matin est très agréable à parcourir. Pas de voiture, pas de musique: c’est le bon moment pour flâner en empruntant les escaliers des passages liant deux rues parallèles.

Face à l’église Saint Maron, le marché de Souk el Tayyeb est depuis quelques années un rendez-vous familial : on vient y boire un jus de fruit bio chez les producteurs d’orange, de raisin ou de grenade. Les enfants y achètent des petits flacons d’eau savonneuse pour faire des bulles qui du coup, volettent un peu partout sur le marché. Après le marché, on part du côté de Saifi village pour admirer les vitrines et passer un moment sur l’une des petites places du quartier fraichement rénové. Les enfants y jouent à l’abri des voitures, des bancs accueillent les parents, qui peuvent aussi prendre un café dans l’un des rares restaurants installés dans le quartier.

Il reste quelques jardins publics à Beyrouth. Parmi eux : les jardins de Sioufi, à Achrafieh, offrent leurs 20 000 mètres carrés aux amateurs de verdure. Dès le printemps, les arbres en fleur y jalonnent les allées réservées aux promeneurs. Les mamans s’y baladent avec leurs enfants le week-end, ou en fin d’après-midi après l’école quand le temps s’y prête. Les lieux sont équipés de jeux de plein air. En été, les habitants d’Achrafieh qui n’ont pas la possibilité de partir à la montagne peuvent s’y rendre tôt le matin pour y prendre l’air, avant la chaleur du jour.

Dans le quartier du Centre Sofil, juste en face de l’Eglise Saint Nicolas, un jardin plus petit que celui de Sioufi donne à ce quartier vivant une touche de fraicheur. Il est très agréable d’y passer un moment, seul ou en famille.

Voici une suggestion de petite balade dans le quartier. A Gemmayzé, on dépasse l’ancien cinéma Vendôme, dans la rue du Fleuve (qui mène de Bourj Hammoud à Gemmayzé). On emprunte les escaliers, où l’on trouve de petites boutiques. Dans la toute petite rue qui monte vers l’hôpital Saint Georges (ou Hôpital Orthodoxe), sur la droite, un grand figuier embaume l’atmosphère de son parfum.

Après l’hôpital, on passe devant la « librairie des quartier » ou manque le « s »… et où l’on ne vend pas des livres mais des fruits et des légumes. Ici, on est au-dessus du grand immeuble estampillé « Electricité Du Liban », avec en dessous, le port et la mer qui s’étend à perte de vue.

On traverse la rue du ministère des Affaires Etrangères, à côté du cinéma Sofil pour passer du côté du quartier Sursock. Ici, immeubles luxueux côtoient les palais qui se laissent deviner au cœur de jardins luxuriants ou derrière de hautes grilles noires. On dépasse l’ambassade d’Argentine et le siège de la Croix Rouge libanaise, on s’arrête dans une boutique de décoration ethnique, pour dénicher un tissu indien ou des statuettes africaines.

Pour passer de Sursock à Gemmayzé, on emprunte l’escalier Saint Nicolas. Quand le soir tombe, il est orné de guirlandes lumineuses.
Si la nuit, dans la rue Gouraud (Gemmayzé), la fête bat son plein, en pleine journée, on peut y admirer pléthore de maisons traditionnelles et y découvrir de petits commerces. On peut aussi y acheter de quoi grignoter dans les épiceries et chez les vendeurs de man’ouché.
 

Partir à la recherche de trésors architecturaux

La Maison Barakat, qui doit être rénovée pour devenir un « musée de la mémoire », est l’un des bâtiments traditionnels majeurs de la capitale. Située à Sodeco, elle fait l’angle entre l’avenue Elias Sarkis et la rue de Damas.

Dans le quartier de Gemmayze, le Musée Sursock était autrefois la résidence de la famille Sursock. Il est devenu aujourd’hui un musée d'art moderne.

Le "Palais Bustros", abrite aujourd’hui le ministère libanais des Affaires étrangères et des Emigrés.

Ils peuvent également se rendre à Saïfi, surnommé le quartier des Arts en raison des nombreuses petites galeries qui s’y sont installées. On peut les visiter dans la journée, et flâner sur les trottoirs et dans les rues piétonnes récemment rénovées. L’atmosphère est calme et sereine.

Liliane, touriste française de 28 ans : « Je suis une fan d’art contemporain. J’ai été particulièrement séduite par le foisonnement des galeries à Saifi ! Passer de l’une à l’autre est une bien agréable façon de passer le temps et de visiter le quartier ».

agenda
Suivez-nous
Suivez le guide