Demandes en mariage originales et romantiques à Achrafieh

Par  
liveachrafieh.com
-  
2013-09-24

Voilà, Messieurs, vous vous sentez prêts à demander votre fiancée en mariage mais vous voulez que votre « proposition » sorte vraiment de l’ordinaire, et éviter les clichés. Voici quelques idées romantiques qui pourraient vous aider dans votre démarche.

Vous connaissez le cliché de la bague cachée dans le gâteau ? Allez plus loin. N’attendez pas le dessert et lancez-vous dès le plat principal. Elle aime les sushis ? Invitez-là à Océanus, Tsunami ou Sushi Wa, et demandez à l’équipe du restaurant de placer la bague au milieu du plat de sashimi.

Vous sentez-vous en sécurité?

Par  
liveachrafieh.com
-  
2013-09-11

Alors que certains hommes politiques libanais insistent sur les problèmes sécuritaires que traverse le pays, les résidents d’Achrafieh sont comme tous les Libanais touchés par la lourdeur de l’atmosphère actuelle.

Les discours politiques se suivent et se ressemblent, appelant les Libanais à faire preuve de « prudence », si tant est que l’on sache quel genre de conduite tenir.

Les tensions politiques s’accentuent et les citoyens sont gagnés par un sentiment d’insécurité, contre lequel ils luttent comme ils peuvent pour conserver un mode de vie normal.

Certains y attachent plus d’importance que d’autres.

Bientôt la rentrée…

Par  
liveachrafieh.com
-  
2013-09-03

Nous y revoilà. A cette époque de l’année que les enfants n’apprécient pas, que les parents attendent avec impatience car la vie va pouvoir reprendre son cours : fini les casse-tête des journées à organiser et le problème de la garde des enfants pendant que les parents travaillent !

Bientôt, les bus scolaires vont à nouveau circuler en grand nombre dans les rues d’Achrafieh, prenant ou déposant les enfants selon le moment de la journée.

Pour la plupart des familles, la rentrée, c’est aussi le moment où l’on s’inquiète des fournitures scolaires, du poids du cartable, du pique-nique à préparer, des devoirs à faire.

Les exclus sont aussi à Achrafieh

Par  
liveachrafieh.com
-  
2013-08-14

Qu’ils soient nés dans une situation plus que précaire, ou que la vie les ait entraînés vers des difficultés insurmontables, ils sont là, dans la rue, avec nulle part où aller. Les exclus de la vie, qu’ils aient eu ou non la possibilité de changer le cours de leur destin, ils le vivent tous les jours.

Les gens les voient, mais bien souvent ils semblent passer devant eux sans plus y faire attention. Les sans-abris sont devenus très nombreux à Beyrouth. Dans l’indifférence générale, les enfants des rues qui vendent des chewing-gums et des fleurs dans les rues cessent d’être perçus comme notre futur de l’homme. Oui, ils sont tout simplement ignorés.

Achrafieh et ses animaux

Par  
liveachrafieh.com
-  
2013-08-12

Achrafieh, ce n’est pas seulement une histoire de grands immeubles, de vieilles maisons, de chantiers de constructions, de boutiques et de cafés. C’est aussi un lieu qui « accueille » de nombreux animaux.

Plus vous vous promenez à Achrafieh, plus vous remarquez les cages à oiseaux accrochées devant les boutiques comme autant de petits porte-bonheurs. La plupart des gens ne font que passer devant sans prêter attention aux petits êtres qu’elles abritent : les oiseaux. Perruches, perroquets, canaris… seuls les enfants semblent parfois s’émerveiller devant leur plumage, les pointant du doigt, tirant sur la main de leur nounou pour s’approcher de la cage.

Une Américaine à Achrafieh

Par  
liveachrafieh.com
-  
2013-07-14

Ne jugez pas un livre sur sa couverture, dit-on, chez moi aux USA. Je suis d’accord. Achrafieh est un livre avec une couverture classique. Sur les grands axes, vous en voyez l’aspect commercial. Des bâtiments modernes, de grands cafés comme la chaine Starbucks, des magasins et des fastfoods. En bref, une première impression qui m’a laissé penser que je me trouvais juste dans un quartier résidentiel aux multiples boutiques. J’avais grand tort.

Quand on m’a demandé d’écrire des articles sur le quartier, j’ai été ravie à l’idée de me lancer dans l’exploration du voisinage, de prendre des photos et de faire part de mes découvertes. Puis je me suis demandé s’il y avait une différence entre mon regard étranger et celui des résidents.

Ashrafieh plein d’espoir avant l’été

Par  
liveachrafieh.com
-  
2013-07-07

L’été 2013 est là. Avec son lot de touristes et de commerces florissants? C’est l’espoir des résidents et des commerçants de ce quartier. Mais en raison de la situation politique du pays, les affaires sont en bernes et les petits commerces se plaignent du manque d’activité et de clients.

« Le mois dernier fut notre meilleure période » raconte en ce début juillet Cynthia Jarjoura, manager de la branche de la place Sassine du café The coffee bean and tea leaf. Et puis il y a trois semaines l’activité s’est profondément ralentie, probablement en raison de la situation politique qui s’est aggravée. Les gens préfèrent dépenser leur argent sur des besoins essentiels. Pour eux, prendre un café en terrasse c’est du luxe !

Se garer à Achrafieh... Le défi !

Par  
liveachrafieh.com
-  
2013-06-13

Le stationnement est toujours un problème dans un quartier aussi residentiel qu'Achrafieh, d'autant que de plus en plus d'entreprises s'y sont installées, rendant le trafic particulièrement dense en début et fin de journée. Nous avons interrogé plusieurs résidents et visiteurs sur cette question, en leur demandant comment ils se débrouillaient au quotidien pour garder leur véhicule

Se garer à Achrafieh, c'est souvent être obligé de faire des pieds et des mains pour se faufiler dans la moindre place accessible. Dans la journée, la rue est constamment bordée de voitures le long des trottoirs. Il ya du monde, c'est le moins que l'on puisse dire.

Les bénévoles s'activent pour réparer les dégâts de l'attentat d'Achrafieh

Par  
liveachrafieh.com
-  
2012-11-12

Après l'attentat qui a secoué Achrafieh le 19 octobre, plusieurs ONG se sont mobilisées pour venir en aide à ceux qui avaient tout perdu dans l'explosion. Près de trois semaines plus tard, les bénévoles continuent leur action et restaurent les habitations détruites dans le quartier.

Depuis le week end du 10 novembre, soit près de trois semaines après l'attentat qui a coûté la vie au chef du renseignement des FSI Wissam al Hassan et à deux autres personnes, la petite rue où a eu lieu l'attaque a été rouverte. Les militaires qui en gardaient les deux extrémités ne sont plus là, la barrière qui empêchait la circulation des piétons pendant la recherche d'indices a disparu.

Après le choc, la vie reprend son cours à Achrafieh

Par  
liveachrafieh.com
-  
2012-10-22

C'était un vendredi comme les autres à Achrafieh, jusqu'à l'explosion d'une voiture piégée, dans une petite rue près de la place Sassine à 14h48. L'attentat du 19 octobre a fait trois morts dont la personnalité qu'il visait en premier lieu, à savoir Wissam al Hassan, le chef des Renseignements des FSI. D'une grande violence, l'explosion a causé de très importants dégâts matériels jusque dans les rues environnantes.

Lundi matin, la petite rue où s'est produit l'attentat restait fermée et gardée par des forces de l'ordre pour les besoins de l'enquête. Elle va le rester jusqu'à une date indéterminée. La présence de ces soldats à chaque extrémité de la rue et sur la place Sassine entraînait l'unique embouteillage du quartier, par ailleurs particulièrement calme. Les Libanais qui travaillent dans le quartier avaient préféré rester chez eux pour bon nombre d'entre eux.