Current weather

Beirut

Scattered clouds
  • Scattered clouds
  • Temperature: 22 °C
Reported on:
Thu, 2017-06-08 19:00
( Publicité )
Noms de rues et de quartiers

Les quartiers de Beyrouth, et notamment d’Achrafieh, tiennent leurs noms de différentes origines, sur lesquels les historiens ne sont d’ailleurs parfois pas d’accord. Ces origines peuvent venir d’une caractéristique du quartier (végétation, géographie), du patronyme d’une famille de notables qui y résidait, ou encore d’un bâtiment qui y a été érigé (église notamment).

Les noms issus de caractéristiques du quartier

Achrafieh
Le nom d’ « Achrafieh » évoque en lui-même la géographie de ce quartier situé sur une colline de Beyrouth Est. En effet, le mot Achrafieh fait référence à Achraf, « l’élite » en arabe. Il désigne « un endroit supérieur aux autres », donnant sur les terrains « d’en bas ». Cependant, les historiens sont divisés en deux écoles sur les origines de ce nom. Si certains considèrent que le quartier doit son nom à cette situation géographique, en hauteur, d’autres pensent que l’appellation du quartier a des origines historiques et qu’elle date de la période ottomane : le nom d’Achrafieh viendrait selon eux du nom Aschraf Pacha, dirigeant ottoman, et aurait été donné au quartier en hommage à son mandat.

Gemmayzé
Etymologiquement, le terme « Gemmayzé » vient de « Gemmayz », qui désignait un figuier géant aux fruits minuscules : il y a encore une centaine d’années, les territoires qui entouraient l’ancienne ville de Beyrouth étaient garnis de ces figuiers. L’actuel quartier de Gemmayzé était alors une localité inhabitée.

Les noms issus d’un patronyme

Les noms des quartiers peuvent aussi correspondre à un patronyme familial. A la veille de 1943, six familles beyrouthines constituaient la catégorie la plus favorisée et la plus prestigieuse de Beyrouth. À cette époque, chaque famille correspondait à une unité sociale individualisée, à un groupe patronymique ayant chacun son histoire, son patrimoine, son statut propre. Les noms de certains quartiers d’Achrafieh viennent précisément du patronyme de ces grandes familles, qui y avaient installé une propriété.

Ce type de famille (tel qu’il existe depuis la fin du 19e siècle jusqu’au début 20e), est celui de la famille étendue, qui comprend l'ensemble des parents, les frères, les cousins et leurs épouses. À cette famille étendue pouvait correspondre à une propriété familiale bien définie dans le quartier, parfois ainsi désigné par le patronyme familial.

À partir de 1945, on note une fragmentation de la propriété familiale en parcelles de plus en plus petites; ce morcellement signifie que la propriété ne revient plus en héritage au fils ou à différents frères mais qu'elle a été cédée ou vendue à une autre famille. On assiste à ce moment-là à une commercialisation du patronyme qui désignera alors différents secteurs de la ville. C’est le cas par exemple des quartiers Sursock ou Siouffi.
 

Les noms provenant d’un bâtiment ou d’un mécène

Le quartier Saint Nicolas
Le quartier Saint Nicolas ou Mar Nqoûla, doit son nom à l'église grecque orthodoxe dédiée à Saint Nicolas qui se trouve dans ce secteur.

La rue Monnot
En 1875, le père Monnot dédia « son » collège à Saint Joseph et en ouvrit les portes à tous les étudiants de la ville. En 1881, l’Université Saint Joseph voyait ainsi le jour, puis en 1888 la Faculté française de médecine. Le fondateur de l’USJ a donné son nom à une rue, et par extension au quartier environnant l’université.

Le quartier de Nasra
Le quartier de Nasra vient du nom de l’école créée par les Dames de Nazareth.

Le jardin des Jésuites
A Jeitawi, au nord est, le cadre était encore assez bucolique pour abriter la maison de campagnes des Jésuites : elle donnera son nom au futur jardin public appelé « Le jardin des Jésuites ».

agenda
Suivez-nous
Suivez le guide