Current weather

Beirut

Scattered clouds
  • Scattered clouds
  • Temperature: 22 °C
Reported on:
Sat, 2017-07-08 19:00
( Publicité )
Economie

Un quartier d’affaires à visage humain

On compte à Achrafieh une centaine d’immeubles de bureaux, dont les plus récents ont entre cinq et dix ans.

Le quartier accueille aujourd’hui de nombreuses sociétés : plus d’une trentaine de banques et une dizaine de sociétés financières y ont implanté des branches. On y trouve aussi des compagnies d’assurance et des cabinets de conseil. Ces entreprises sont implantées dans un quartier qui reste malgré tout résidentiel. A un même moment de la journée, on peut croiser ici une mère de famille venue faire du shopping ; un jeune cadre dynamique en route vers son bureau, ordinateur ou attaché-case à son bras ; un directeur de banque se pressant vers le siège du RDCL (Rassemblement de Dirigeants et Chefs d’entreprises Libanais) installé dans le quartier ; ou encore un lycéen rentrant chez lui après la fin des cours en début d’après midi. Tout cela donne au quartier une image de profond dynamisme, où vie personnelle et professionnelle se mêlent. L’image d’un quartier d’affaire à visage humain.

Ce dynamisme ouvre la voie à de nombreuses perspectives d’emplois dans des secteurs particulièrement diversifiés. Des postes d’ingénieurs, d’avocats, de comptables, de consultants ou de secrétaires sont régulièrement à pourvoir. Quant au secteur de la restauration, c’est l’un des plus dynamiques du quartier. L’afflux régulier des touristes impose pour les pubs, les cafés et les restaurants de recruter régulièrement. Dans le seul quartier de Gemmayzé, on compte plus de 80 établissements alignés sur moins d’un kilomètre. Les opportunités d’emplois intéressent les professionnels de la restauration mais aussi les étudiants.

Eliane, 22 ans, étudiante le jour et serveuse le soir dans un pub de Gemmayzé: « Ce travail me permet de participer au financement de mes études. Evidemment, j’ai un peu de mal à voir mes parents car je rentre tard… Mais ainsi, je peux les soulager un peu financièrement ».
 

Les petits commerces demeurent, les grandes enseignent s’imposent

Les artères d’Achrafieh sont résolument commerçantes, conférant au quartier une atmosphère dynamique et stimulante. Les petits commerces y sont encore nombreux, même si on observe, comme partout dans le monde industrialisé, leur disparition progressive.

Dans chaque rue, on compte souvent plusieurs coiffeurs et salons de beauté. Les « Achrafiotes » sont très coquettes. Les soins de beauté, notamment brushing et manucures, font partie de leur quotidien.

Les petits bouchers sont encore très présents dans le quartier, tout comme les boulangeries, ou encore les « fours », ces petites échoppes où l’on peut acheter les fameuses Manakish, cette savoureuse pizza au thym consommée notamment au petit déjeuner. Petit commerce encore omniprésent : la petite épicerie du coin. Dans une rue du quartier de l’hôtel Gabriel par exemple, une toute petite épicerie alimente les riverains depuis une douzaine d’années. A l’intérieur s’empilent, dans un joyeux capharnaüm, denrées alimentaires, produits de toilettes, cahiers pour les élèves et paquets de lessives. La devanture de la minuscule boutique présente des fruits et légumes de saison.

Odette, femme au foyer, 60 ans : « Je viens ici depuis dix ans. Je trouve tout, ce n’est pas plus cher qu’ailleurs et je peux bavarder avec les épiciers de la vie du quartier ».

Dans un autre ordre de grandeur, le secteur est également investi par de grandes chaines de supermarchés et de vastes centres commerciaux qui jouissent d’un certain prestige. Ils ne se sont pas installés là par hasard : Achrafieh est une destination touristique majeure dans la capitale libanaise. Ici afflue tout au long de l’année une classe socio-économique élevée, venue de l’étranger pour visiter la ville et y « faire les boutiques». C’est donc ici plus qu’ailleurs qu’un nouveau commerce peut rêver de s’installer. Le centre commercial de l’ABC, tout près de la place Sassine, y a ouvert les portes de sa deuxième antenne il y a quelques années propose 200 boutiques, plusieurs salles de cinéma et de nombreux restaurants aux visiteurs, sur 60 000 mètres carrés.

Autre lieu concentrant de nombreux commerces, mais dans un autre style : le quartier Sodeco, et plus précisément Sodeco Square, né dans les années 90. Cette galerie marchande comporte divers boutiques et commerces, quelques espaces pour se restaurer et un cinéma. Elle est bien plus petite que l’ABC mais fait aujourd’hui partie des points de repère du quartier. On se retrouve à Sodeco Square pour un film, un café ou un passage dans un institut de beauté. Tout près de Sodeco Square, une rue semble avoir été dédiée aux antiquaires et marchands d’art. Elle est jalonnée de boutiques dont les noms évoquent l’histoire et le passé.

D’autres emplacements à Achrafieh accueillent de nombreux magasins et marques locales ou internationales. L’avenue de l’Indépendance, entre l’hôtel Gabriel et la place Sassine, devient peu à peu un axe commerçant, avec de nombreuses boutiques de prêt à porter, un traiteur, une grande librairie, quelques restaurants et des boutiques d’alimentation (traiteur et pâtisserie).
 

Un secteur apprécié des créateurs

Ce secteur, et notamment celui d’Achrafieh et Gemmayze, est le lieu d’implantation de nombreux créateurs de mode, qui ont choisi d’y installer leur atelier et showroom.

Quand on interroge les designers, tous disent avoir choisi Achrafieh car ce quartier représente pour eux « le cœur de Beyrouth, avec son caractère authentique, à la fois simple et élégant ». Ici réside la clientèle qu’ils cherchent à atteindre, disent-ils, de catégorie socio-économique supérieure, avec un goût pour la mode, la nouveauté, le style. D’autres expliquent avoir choisi Gemmayzé «car cela fait longtemps qu’ils en avaient perçu le potentiel et qu’ils avaient pressenti le boom économique que connaît actuellement le quartier». Ils expliquent que la zone était encore calme il y a dix ans, mais que sa position stratégique (au centre de Beyrouth et à proximité de tout le reste de la ville finalement), en fait un secteur qui ne peut qu’être florissant.

Malheureusement, certains d’entre eux sont obligés de déménager quand les propriétaires de leur immeuble souhaitent le détruire, entre autre pour vendre le terrain à un promoteur.

Un peu plus près du Centreville, Saïfi village accueille lui aussi des enseignes de créateurs d’aujourd'hui. Ses rues calmes et ses petits immeubles récemment rénovés en font un lieu très agréable pour flâner à la recherche de nouvelles étoffes dans de luxueuses boutiques. C’est aussi ici que se sont installés des créateurs de bijoux et des designers de meubles qui savent combiner modernité et tradition orientale.

agenda
Suivez-nous
Suivez le guide