Current weather

Beirut

Scattered clouds
  • Scattered clouds
  • Temperature: 22 °C
Reported on:
Fri, 2018-06-08 19:00
( Advertisement )
Le photographe Yves Bady el Dahda présente son projet d'exposition: "Spéciales Liban"
-  
2010-12-08

Ca s'est passé ce mercredi 8 décembre à l'Hôtel Gabriel: le photographe Yves Bady-el Dahda a donné une conférence de presse pour présenter son nouveau projet, un exposition de photographies intitulée « Spéciales Liban ». Les photos ont été prises par l’artiste au fil de ses balades dans les moindres recoins du pays du Cèdres. L’exposition doit être présentée à Beyrouth en avril avant d'arriver à Paris, et peut-être à New York.

D’origine libanaise, Yves Bady grandit aux Antilles et développe des talents de peintre, puis de photographe. Plus tard, cette double formation artistique lui permettra de créer une photographie profondément nouvelle et personnelle. Par le fruit hasard, il rencontre le peintre espagnol Salvador Dali, avec qui il évolue pendant près de six mois. Le goût de la peinture et de l’art pictural surréalistes influencera sa vision de la photographie.

Au début des années 2000, l'artiste décide de mettre en parenthèse ses carrières de photographe et de peintre pour se consacrer à l’écriture. Il publiera plusieurs romans et quelques essais. C’est donc par l’écriture qu’il se retrouvera pour penser et créer finalement un œil de photographe atypique. Il décide alors de prendre ses photos et de les traiter comme si elles étaient des toiles. Il va chercher des ponts entre la peinture et la photographie.

Par le traitement des couleurs qu’effectue Yves Bady, son agent Ludovic Rachou qualifiera son traitement artistique de «photographie picturale ». Pour autant, ces photos sont présentées au public à l’état brut, sans aucun trucage. Cette technique inventée par ses soins porte d’ailleurs un nom : Bady Dynamic Range. Après l’avoir longuement apprivoisée, le photographe dit aujourd’hui : « Cette technique nouvelle s’est améliorée avec le temps jusqu’à donner aujourd’hui un résultat que j’estime satisfaisant ».

C’est par cette technique qui est sienne qu'il entend porter un œil fatalement neuf sur son pays d’origine. Ce projet, celui de photographier le Liban, est né d’un mail envoyé par son propre cousin, lui proposant de venir photographier ce pays où il n’avait pas mis les pieds depuis plus d’un demi-siècle. L’idée de base était de photographier la ville de Beyrouth. Jeu du hasard : il débarque pour 2 ou 3 jours seulement pendant la visite du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, à la mi-octobre. La circulation étant quasi-impossible dans les rues beyrouthines, son chauffeur lui propose alors de quitter la capitale pour se rendre à Byblos et dans les environs. Il re-découvre alors ses racines et tombe amoureux d’un pays qui lui était méconnu. Il repart avec 3000 clichés, en sélectionne 200. Non mécontent du résultat (c’est un euphémisme), il décide de repartir au Liban pour une dizaine de jours cette fois-ci. Cette conférence de presse intervient d’ailleurs au milieu de ce parcours artistique.

Les clichés qu’il retiendra seront donc l’objet de l’exposition qui aura lieu avec le concours du ministère de la Culture au Liban et de l’Ambassade de France à Beyrouth. Coopération qui lui tient à cœur puisque qu’il s’agit pour lui, non pas seulement d’établir des ponts entre la peinture et la photographie, mais aussi de relier son pays d’adoption, le France, et son pays d’origine, le Liban. « Et quelles origines ! » ajoutera-t-il pour mettre un terme à sa conférence. 
A suivre.

( Advertisement )
agenda
follow us on
Follow the guide